Skip to content

Le succès des ETF sur les obligations du Trésor américain

Les fonds négociés en bourse (ETF) axés sur les obligations du Trésor américain ont connu des afflux nets plutôt favorables en 2023. Les investisseurs ont montré une résilience remarquable, orientant leurs capitaux vers ces instruments malgré une vente massive sans précédent des obligations mondiales et une incertitude persistante quant au rebond des prix.

Bref rappel sur les ETF

Les ETF, ou trackers négociés en bourse, sont des fonds diversifiés cotés en bourse et négociables comme des actions. Ils offrent une diversification à travers un large éventail d’actifs à des coûts généralement inférieurs aux fonds communs de placement. Les ETF ont l’avantage d’être transparents, liquides et peuvent être utilisés pour diverses stratégies d’investissement, mais ils comportent aussi des risques de marché. Ils existent dans diverses catégories, incluant des classes d’actifs aussi diverses que des :
  • Action
  • Obligations
  • Matières premières
  • CDF
  • Cryptos…

L'importance des obligations d’état Américaines

Aux États-Unis, les titres de dette émis par le gouvernement fédéral sont couramment appelés « treasuries », ou obligations du Trésor. Ces instruments financiers sont des moyens par lesquels le gouvernement emprunte de l’argent pour se financer et sont classés en trois catégories principales en fonction de leur durée jusqu’à l’échéance :
  • Treasury Bills : Ce sont des instruments de court terme, avec des échéances de moins d’un an. Les T-bills sont souvent utilisés pour les besoins de financement à court terme du gouvernement et sont vendus à escompte plutôt qu’avec un taux d’intérêt fixe.
  • Treasury Notes : Ces obligations ont des échéances plus longues, généralement entre un et dix ans. Elles offrent un taux d’intérêt fixe et paient des intérêts tous les six mois jusqu’à l’échéance. Très populaires auprès des investisseurs qui cherchent un équilibre entre la sécurité et un rendement relativement élevé sur un horizon de temps médian.
  • Treasury Bonds (bons du Trésor) : Ces obligations ont les échéances les plus longues, de dix ans et plus, allant souvent jusqu’à 30 ans. Les bons du Trésor paient des intérêts semestriels à un taux fixe et sont réputés pour leur sécurité mais sont plus sensibles aux fluctuations des taux d’intérêt et sont en général privilégiés par les investisseurs à long terme.
On l’aura deviné, chacune de ces catégories d’obligations du Trésor répond aux besoins de différents profils de risque, d’échéance et de rendement pour les investisseurs.
“La politique de la Réserve fédérale américaine, avec ses augmentations répétées des taux d’intérêt, a poussé les rendements des bons du Trésor à des niveaux record, inversant les prix des obligations dans le processus.”
detail d'un immeuble
Découvrez nos perspectives boursières 2024 – 1 er semestre

L'iShares 20+ Treasury ETF

L’iShares 20+ Treasury ETF, un baromètre majeur pour le marché des ETF obligataires, a vu ses actifs sous gestion presque doubler, atteignant 41 milliards de dollars grâce à 17,9 milliards de dollars d’entrées nettes. Cette performance le place logiquement parmi les ETF les plus prisés en termes de flux pour l’année. Cette tendance reflète une stratégie délibérée de la part de nombreux investisseurs. Ainsi, les institutions, les fonds de pension et les family offices cherchent souvent à atteindre des objectifs à long terme qui nécessitent un investissement significatif dans les obligations. La politique de la Réserve fédérale américaine, avec ses augmentations répétées des taux d’intérêt, a poussé les rendements des bons du Trésor à des niveaux record, inversant les prix des obligations dans le processus. En conséquence, des ETF comme le TLT ont subi des pertes annuelles pour la troisième année consécutive, le TLT chutant de près de 10 % depuis le début de l’année. Néanmoins, la baisse des prix a attiré un groupe d’investisseurs à la recherche de bonnes affaires, tandis que d’autres ont profité des rendements plus élevés offerts par les ETF obligataires. Beaucoup d’entre eux trouvent que les ETF axés sur le Trésor sont un moyen plus accessible et plus rapide de diversifier leurs portefeuilles avec des revenus fixes par rapport aux obligations traditionnelles. Les ETF obligataires ont également bénéficié d’un mouvement plus large d’investisseurs se détournant des fonds communs de placement en faveur des ETF, en raison de leurs frais inférieurs et de leur liquidité supérieure, comme nous l’avons vu en supra. En septembre 2023, les ETF d’obligations imposables ont vu des entrées nettes de 8 milliards de dollars, alors que les fonds communs de placement d’obligations imposables ont connu des retraits équivalents. Les ETF offrent une flexibilité bienvenue pour ceux qui cherchent à “conjurer” la volatilité des marchés. Ils permettent des ajustements rapides et précis de l’exposition notamment en bifurquant vers des obligations à plus court terme. Certains investisseurs adoptent également les ETF pour leurs avantages fiscaux ou encore vendent des FCP obligataires en perte pour passer à des ETF moins coûteux offrant des avantages fiscaux tout en maintenant l’exposition souhaitée.
Boussole
Posez-vous questions à un conseiller gratuitement

Conclusion

Malgré une année en dents de scie pour les marchés obligataires, les ETF axés sur les obligations du Trésor américain ont démontré leur attrait et leur résilience, attirant des investisseurs avec leur flexibilité, efficacité et potentiel de rendement dans un paysage financier en plein chambardement. Toutefois, en raison du niveau actuel des taux directeurs et des anticipations d’assouplissement à venir, 2024 devrait être l’année des obligations d’entreprise.

Comment créer une rente en investissant dans des obligations?

10 Avantages des obligations par rapport aux actions

être appelé gratuitement par un conseiller financier

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons pour vous donner plus d’informations. Les champs marqués d’un * sont obligatoires, les autres informations peuvent nous aider à améliorer notre proposition.

Genève Invest accepte les mandats à partir de 100’000 €